Et si on arrêtait de ne jamais s’arrêter…..#jedisstop

Confinés ou non, nous sommes dans une société qui incite à ne jamais arrêter d’être occupé, physiquement ET mentalement.

Des rendez vous, un agenda prêt à craquer, du sport, des activités pour les enfants après l’école, le mercredi, des week-end chargés et pendant le confinement cela c’est transformé en formations gratuites, du sport en live avec des réseaux sociaux hyperactifs, des mails à ne plus savoir qu’en faire et un téléphone qui sonne sans arrêt.

Comme si, il ne fallait SURTOUT pas que nous n’ayons « rien à faire » pendant quelques semaines.

Je n’ai pas le temps…..

Le moindre petit créneau vide se remplit et l’alibi numéro un pour changer ce qui nous limite est « mais je n’ai pas le temps ».

  • Pas le temps de rencontrer quelqu’un entre les enfants, le travail, le sport……
  • Pas le temps de chercher un nouveau travail même si celui là me rend malade.
  • Pas le temps de faire du sport si je veux perdre du poids.
  • Pas le temps de vivre en fait et surtout pas le temps de passer du temps seul(e).

Oui seul(e), enfin pas vraiment seul(e) en fait car en tête à tête avec la personne qui à le plus besoin que l’on s’occupe d’elle : SOI-MÊME.

Et moi la première j’ai eu fonctionné comme çà en pensant détenir le secret du bonheur. Entre mes vols (j’étais encore hôtesse de l’air) j’allais courir, nager, je m’occupais de mes deux filles, je rangeais, triais, allais voir mes ami(e)s, mon amoureux et finalement la moindre petite heure vide était remplie.

En réalité, je fuyais le vide, vide que je ressentais sans le savoir lorsque « je ne faisais rien ».

Voilà le problème numéro 1 de notre société qui nous identifie à ce que nous faisons.

La croyance sociétaire qui en découle est :  » si je ne fais rien je ne vaux rien ».

Mais aux yeux de qui je ne vaux rien? Et qui dit çà d’ailleurs? Et d’où çà vient?

En réalité ce sont des croyances transgénérationnelles que nos parents ont hérité de leurs parents, qui les avaient eux aussi hérité des générations précédentes d’après guerres qui ont eu besoin de travailler pour reconstruire le pays et l’économie.

Mais surtout les entreprises se sont développées et l’arrivée des grandes surfaces, du « toujours plus » a entrainé notre rythme de vie dans un cycle infernal sans limite, sans fin, sans signal pour nous dire « OK c’est bon tu en as assez ». Un rythme de vie dans lequel on ne sait jamais quand s’arrêter car on peux toujours obtenir plus.

Et enfin l’arrivée des smartphones et des réseaux sociaux fait que nous pensons nous reposer devant nos écrans alors que notre cerveau lui, ne se repose pas car il est sollicité toute la journée.

Et si on appuyait sur la touche STOP?

Si on disait non à ce repas vendredi soir parce qu’en fait on est crevé(e)….plutôt que de se forcer parce qu’un vendredi soir tout seul chez soi c’est la honte? ( mais la honte pour qui en fait??)

Si le matin on prenait un moment pour respirer et réfléchir à la journée et à l’état dans lequel on est pour la débuter…..plutôt que de remettre son réveil 10 fois, de se lever en retard et de partir les idées pas bien claires.

Si on ouvrait enfin ce livre qui traine sur notre table de chevet depuis 4 mois……plutôt que de regarder les story Instagram de gens qu’on ne connait pas vraiment.

Si on mettait notre téléphone en silencieux pour se laisser le temps de le regarder quand on sera disponible?

Si on l’avait ce temps en fait qu’est ce qu’on en ferait???

Dire Stop et prendre le temps de regarder les gens le matin en arrivant au travail, de faire un compliment, de raconter une anecdote qui mettra tout le monde de bonne humeur.

Dire Stop et se poser dans l’herbe pour le repas de midi, admirer la nature et le calme et revenir au bureau détendu.

Dire Stop et changer ses habitudes alimentaires et/ou de consommation pour protéger notre planète parce qu’en fait c’est çà qui est important pour nous.

Dire Stop et respirer. Juste pour se rappeler que l’énergie circule et que l’on est un être VIVANT.

Que ce n’est pas si grave et que le stress environnant ne nous appartient pas.

Que nous avons le choix de nous laisser entrainer ou non.

Que ce choix nous l’avons!!! TOUJOURS!!

Aller dans le sens de ….

Donc l’idée c’est arrêter de vouloir lutter tout le temps et de savoir aller dans le sens de son propre bien-être.

Savoir s’écouter et ne pas aller au delà de ce que l’on peut faire.

Savoir dire STOP sans culpabiliser de ne pas avoir envie de faire quelque chose.

Ne pas vouloir nager à contre courant mais se laisser emmener par son propre courant qui sait où il va.

Dans les arts martiaux on apprend souvent à ne pas résister mais à accompagner le mouvement. En soi, c’est pareil. On arrête de fuir et de lutter, on accompagne le mouvement et on s’écoute.

On dit STOP à toute cette agitation permanente qui brouille nos réelles envies.

En pratique

Comment faire?

Programmez un timer de 5 minutes (pour commencer) sur votre téléphone ou sur votre montre et posez le téléphone loin.

Fermez les yeux et laissez vous complètement aller pendant ces 5 minutes en imaginant que vous rentrez dans une pièce fermée dans laquelle des oiseaux volent en faisant un brouhaha infernal.

Vous traversez cette pièce, marchez vers la fenêtre et vous ouvrez grand cette fenêtre. Tous les oiseaux s’envolent et le calme revient dans la pièce.

Accueillez ce calme, ce silence.

Faites cet exercice au moins une fois par jour, au bureau, à la maison, dans la voiture en attendant vos enfants, avant une réunion, et n’hésitez pas à le refaire en cas de « surpression ».

Vous verrez le pouvoir de ces 5 minutes et l’effet qu’elles auront sur vous puis vos journées.

Savoir dire Stop est une première étape dans le cheminement intérieur et bien souvent une étape difficile car elle demande de savoir oser se différencier.

Osez cette différence qui vous permettra de pouvoir recharger vos batteries en calmant l’excitation environnante qui vous pollue.

J’espère que la lecture de cet article aura été une pause agréable dans votre journée.

N’hésitez pas à commenter cet article, en partageant vos avis et vos ressentis avec le #jedisstop si le coeur vous en dis, et à le partager au maximum.

Caroline

#jedisstop

Cet article a 4 commentaires

  1. POSSAMAI

    Bravo, un texte très réaliste. Des phrases très bien tournées. Cette lecture est un jolie recadrage sur l éléments essentiels de notre vie: le temps. Et oh combien ne savent pas le prendre.😍😍😘

    1. caroline

      Merci Pamela! Oui moi la première je réalise que je me laisse vite entrainer c’est d’ailleurs de là qu’est venue l’inspiration de cet article. Merci pour ton retour et continues car toi tu as cette belle qualité de savoir très bien #direstop !!!!

  2. Da costa

    Bravo ma cocotte!! C’est tourné pour moi tout ça 😊, il faut vraiment que je fasse ce long travail sur moi… Merci et gros bisous… Tu me manques ❤️

    1. caroline

      C’était le thème du jour ^^!!!Prends déjà 5 minutes tu verras à quel point 5 petites minutes OFF peuvent avoir un super effet! Bisous

Répondre à POSSAMAI Annuler la réponse