Aller à la rencontre de son enfant   intérieur

Est ce qu’il vous arrive de ressentir un vide en vous? Ou est ce que vous avez l’impression que parfois une petite voix vous dit « non tu ne vas pas y arriver » « ne chantes pas tu chantes faux »  » tu ne peux pas y arriver tu ne réussis jamais rien » « Arrêtes de parler tu prends trop de place » 🙁

De récentes recherches en neurosciences affectives attestent que le vécu d’un adulte est étroitement lié au vécu qu’il a eu dans son enfance .

Ce qui veut dire que certaines de vos blessures d’enfant influent sur votre vie affective et relationnelle et vous empêchent de vous construire en étant serein(e) et épanoui(e).

La re-connexion avec son enfant intérieur est un processus de guérison profond et libérateur qui nous permet de renouer avec notre partie vulnérable, blessée, triste, apeurée et de pouvoir lui apporter le soutient dont elle a manqué ou a cru manquer à un moment donné.

Bien sûr, vous ne pourrez pas changer le passé mais transformer la perception que vous en avez eu et surtout les croyances que vous avez déduites.

Partons à la découverte de ce petit nous qui détient souvent la clef de notre authenticité et de notre liberté.

Qui est notre enfant intérieur ?

Il y a différentes voix qui s’expriment en nous. Nous n’y prêtons pas toujours attention et malheureusement nous n’écoutons pas toujours la bonne.

Elles portent différentes appellations selon les domaines. Voici les plus courantes pour mieux comprendre de quoi il s’agit:

  • En PNL nous les appelons « PARTIES DE NOUS » et les coachés nomment les parties comme ils veulent ( métaphores, couleurs…)
  • En psychologie et philosophie on parle de CONSCIENT ( c’est par lui que nous percevons la réalité ) / SUBCONSCIENT (entre le conscient et l’inconscient, intuitions, souvenirs) /INCONSCIENT ( s’exprime à travers nos rêves ou en état modifié de conscience)
  • Freud parlait de trois instances présentes en l’homme qui commandent ses comportements conscients et inconscients : le ÇÀ (partie la plus inconsciente, réservoir de nos instincts, de nos désirs les plus profonds), le MOI ( partie qui assure les fonctions conscientes) et le SURMOI ( « agent critique » la plupart du temps inconscient construit sur les interdits parentaux)
  • En thérapies holistiques, spirituelles et énergétiques on parle de CORPS / ESPRIT / ÂME

Personne n’est d’accord sur les noms mais tous s’accordent sur le fait qu’il y a plusieurs voix qui s’expriment en nous.

Donc notre enfant intérieur est la mémoire de l’enfant que nous étions avec ses joies et ses peines. Il est la métaphore de nos besoins fondamentaux, de notre pouvoir créateur, de notre MOI profond, à retrouver, apprivoiser, aimer

C’est notre partie sensible, un peu plus vulnérable, mais authentique, sans masque et sans protection.

C’est une facette fondamentale de notre existence et il ne faut surtout pas faire l’erreur de lui coller l’étiquette de « problème à résoudre ou à réparer » mais plutôt de « partie de nous avec laquelle nous devons nous re-connecter ».

Pourquoi ne pas vouloir écouter ce Petit Nous ?

Mais pourquoi avons nous refoulé cette part de nous? Et pourquoi évitons nous de l’écouter, de prendre contact avec lui/elle?

Cette partie à souffert et ne veux plus être blessée donc nous avons mis en place des stratégies ( notre fameux EGO) pour éviter la souffrance de ces blessures ( je vous conseille la lecture du livre de Lise BOURBEAU « les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même » )

Cela fait donc écho aux blessures de REJET / ABANDON / HUMILIATION / INJUSTICE / TRAHISON vécu dans l’enfance et chaque blessure a entrainé une stratégie bien particulière que Lise Bourbeau détaille très précisément dans son livre.

En effet comme nous pensons que cette partie nous sabote nous avons décidé de la contrôler chacun à notre façon :

  • on peut devenir insensible, contrôlant pour ne plus avoir à gérer ce « petit » (j’ai d’ailleurs moi-même été longtemps très dissociée de mes émotions ), ou être plutôt fuyant ou même dépendant…. chacun inconsciemment met en place une stratégie qui l’aidera à grandir dans « ce milieu hostile ».

Notre enfant intérieur c’est aussi une partie de nous qui réagit à des injonctions entendues durant l’enfance. Les injonctions sont des messages d’interdits délivrés par nos modèles d’autorité qui nous sabotent à l’âge adulte (les injonctions sont une composantes de l’analyse transactionnelle)

Ces messages négatifs inhibent l’enfant INSCOUCIANT.

Voici quelques exemples d’injonctions : (il en existe une petite vingtaine toutes plus sympathiques les unes que les autres)

  • Ne réussis pas, ne grandis pas, ne sois pas important, ne pense pas, ne sois pas toi-même, ne sois pas en bonne santé, n’existe pas (bon celle la c’est la pire) …

Oui ce n’est pas très joyeux tout cela mais heureusement nos modèles d’autorités nous délivrent aussi des messages positifs et ces échanges se passe à un niveau inconscient la plupart du temps.

L’idée ici n’est pas de devenir un parent parfait ni d’en vouloir à nos parents mais, en toute autonomie, de prendre sa vie en main et de savoir comment se libérer.

Donc concrètement maintenant que l’on sait tout cela on fait quoi de ce petit nous?

Comment aller à la rencontre de notre enfant intérieur?

Si vous ne le connaissez pas je vous recommande le film « Sale môme » avec Bruce Willis.

Ce film raconte l’histoire d’un homme d’affaire qui a très bien réussi sa vie mais qui est aigri, désagréable, seul et qui se retrouve nez à nez un beau jour chez lui avec l’enfant qu’il était à 8 ans, un peu bouboule et pataud mais plein de rêves et d’insouciance.

Mais le plus intéressant dans ce film c’est d’observer comment l’adulte d’aujourd’hui va aider le petit garçon à modifier la croyance qui l’a limitée toute sa vie et comment l’enfant va aider l’adulte à renouer avec ses rêves.

Ce film est un cadeau. Il est d’ailleurs inspiré d’un protocole PNL que j’utilise très régulièrement pour « réparer » les conséquences liées au contexte enfantin chez mes coachés.

  • Donc notre enfant intérieur à besoin d’actes sincères pour se sentir accueilli, en sécurité et en confiance.
  • Il veut être reconnu, avec ses besoins, ses envies, ses pensées, son pouvoir créateur, ses rêves.
  • Il a besoin d’un amour inconditionnel quoi qu’il fasse.
  • Il a besoin d’être entendu même si ce qu’il dit est en conflit avec la partie adulte : il y a un équilibre ADULTE / ENFANT à trouver .

On a vraiment besoin de cet enfant: sa créativité deviendra notre pouvoir créateur et nous ouvrira les portes de NOTRE VRAIE VOIE.

Vous l’avez compris peut importe la manière dont vos parents vous ont guidé dans votre enfance vous êtes le seul parent aujourd’hui pour vous occuper de votre enfant intérieur.

L’adulte d’aujourd’hui doit l’accueillir et le rassurer.

Attention : Si vous attendez que quelqu’un l’entende à votre place vous risquez la dépendance à cette personne.

Pour faire un premier pas …..

Je vous propose un exercice si ce chemin de re-connexion avec votre PETIT VOUS vous intéresse et que vous voulez faire ce premier pas d’aller vers lui/elle.

  • Cherchez une photo de vous lorsque vous aviez entre 3 et 6 ans et pendant 1 mois mettez cette photo dans votre porte-carte, ou portefeuille ou dans un endroit ou vous rangeriez la photo d’un de vos enfants ( même si vous n’avez pas d’enfants imaginez à quel endroit vous rangeriez cette photo). Trouvez un endroit que vous verrez tous les jours mais qui reste discret et personnel.
  • Pendant tout ce mois à chaque fois que vous voyez cette photo dites une phrase d’amour ou positive à ce mini vous. ( Par exemple » peu importe ce que tu fais je t’aime et je suis fièr(e) de toi » ou « Merci d’être là et de me rappeler que j’ai des rêves à réaliser »)

Trouvez la phrase qui vous parle et fait écho en vous.

Pourquoi 1 mois?? Parce qu’il faut 21 jours pour adopter un nouveau comportement.

Envoyez moi un message pour me dire quel effet cet exercice aura eu sur vous!

Partagez cet article à vos amis et contacts si le coeur vous en dit et commentez le s’il vous a plu.

J’espère qu’il aura apporté un peu de lumière sur cette partie de vous qui ne demande qu’à vous guider.

Caroline BÉNÉFICE

Laisser un commentaire